Galerie virtuelle de EMILE ROCHER
Photo présentation

Dans les années 40, Emile Rocher choisit la vie d'artiste, de ne vivre uniquement que de son art, à l'image de Gauguin, Cézanne, Renoir ou Van Gogh, sans salaire ni fortune.

Après avoir travaillé auprès du peintre Max Clément (voir ArtPrice), il décide de consacrer sa vie à l’art, de ne vivre que pour et part l’art, malgré les difficultés d’une telle aventure. Il étudie aux Beaux Arts et dans différents ateliers d’artistes en Bretagne et en Provence.

Ce sera la vie de bohème, faite de « vaches maigres » mais aussi de rencontres extraordinaires.
A la fin des années 40 il part deux ans étudier les couleurs du Maroc et de l’Algérie.

Puis ce sont les voyages en Provence, à Vallauris, Biot, Cannes et Nice où Emile ROCHER part à la rencontre des peintres et céramistes réputés, comme Pablo Picasso qui fait renaître à cette époque les arts du feu dans son atelier provençal.
Il rencontre François André à Cannes dans ces mêmes années d’après guerre. Le créateur des casinos de la Côte d’Azur, de Deauville et de La Baule (voir le livre "L'oncle" de Pierre Rey) donne des conseils au jeune créateur et l'encourage dans son art.

Les premiers succès arrivent : Il réalise une table de salon en émaux pour le Président de la Quatrième République René Coty
Les faïenceries de Quimper lui proposent de devenir leur Directeur artistique. Il refuse, voulant rester libre et indépendant

Puis c’est la Faïencerie de Saint Jean la Poterie qui le contacte pour diriger les créations sur émaux.
Mais là encore, il répond par la négative malgré tous les avantages matériels avancés. Le maître veut garder sa liberté.
Il réalisera toutefois des modèles qui seront édités (Jeunes filles de Plougastel, Saint Yves etc.) qui sont aujourd'hui rares sur le marché et très recherchés.

Dans les années 60 / 70 il expose ses huiles aux côtés de Picasso, Dali, Arp, Braque, Bellmer aux salons organisés par la Galerie de Vallombreuse (voir ArtPrice). Puis il présente ses oeuvres au Petit Palais des Champs Elysées à Paris.
Les expositions se succèdent dans les galeries de Paris, Cannes, Deauville, Nice, Montréal, Munich, Dallas, Rio de Janeiro…

En 2002, le groupe Accor Casino apporte son mécénat pour la Rétrospective Emile ROCHER (huiles, aquarelles, émaux).

Les œuvres de ROCHER figurent au Musée des Beaux Arts de Brest, au Musée du Faouët, à l’Institut Culturel de Bretagne, au Conseil Régional de Bretagne, dans des collections privées dans 21 pays (U.S.A., Royaume Uni, Allemagne, Liban, Suisse, Belqique, Luxembourg, France, Italie, Mexique, Japon etc.). "

SOURCE : Art Price et Drouot Cotation (voir sur Internet)
Emile Rocher est référencé sur Akoun, ArtPrice, ArtNet, Drouot, Guide Meyer, Findartinfo, Drouot (Larousse) etc. Belle cote